Et aujourd’hui, j’ai craquée!

Et aujourd’hui, j’ai craquée!

 

Mon fils a eu une colère monstre ce midi, tout ça parce que je lui ai dit pour la vingtièmes fois au moins en 3 jours (il rentre tout juste de vacances chez papy et mamie) que non il n’a pas le droit de jouer avec ses voitures et son train sur mon meuble, mon espace (tout neuf on l’a acheter pendant qu’il était pas là) et que de surcroit il était l’heure de manger et donc passer à table. Et oui, la mauvaise mère que je suis, lui a non seulement refusée un endroit pour jouer mais en plus j’ai osée lui demander de venir manger ses haricots verts pâtes (oui bêtement je me suis dit que ça lui ferais plaisir) mais c’était sans compter le retour de monsieur je teste! Et là, c’est le drame mes ami(e)s!!! Monsieur me déclare qu' »il n’a plus faim » (oui il dit toujours ça même quand il a rien mangé). J’insiste tout de même pour qu’il mange au moins un peu trois pâtes, histoire de dire qu’il a goûter et lui donner son yaourt car sinon s’il a pas faim pour les pâtes il a pas faim pour son dessert… Et là bam, coup de poing sur la table, coup de pieds dans la chaise, hurlement, larmes la totale. Hop direction la chambre pour qu’il se calme. Je retourne auprès de MissPrincesse qui la pauvre se retrouve toute seule pour manger, quand j’entends un énorme bruit provenant de la dites chambre (en plus des hurlements bien évidemment) je retourne voir et là plus de couette ni oreiller qui on atterrie sur le sol encore ça pas trop grave, mais une de ses grosses peluches a atterrie sur son étagère qui accueil en temps normal sa lampe de chevet. La dites lampe pendouille lamentablement par le fil le cul vers le haut et l’abat-jour dans les choux qui s’est fait une fracture du crâne la pauvre. Dans sa rage destructrice je suis arrivée au bon moment le voyant se diriger vers son meuble de jeux et entreprendre de faire valdinguer ses jouets qui sont trop bien rangés (bah oui j’ai rangé sa chambre la veille).

A ce moment, les larmes me montent aux yeux de colère mais surtout de tristesse au regard de mon ménage de la veille (oui j’ai eu une pensée pour l’heure de rangement que j’ai passé la veille à faire me demander pas pourquoi) qui n’aura pas durer, suivie d’une fatigue musculaire devant le carnage et de désespoir fasse à ce petit garçon qui s’est transformé en tsunami, incapable lui aussi de gérer sa colère et sa frustration. Je l’avoue à ce moment j’avais qu’une envie lui mettre une fessée ou le passer par la fenêtre, j’ai eu mal dans mon cœur de maman mais le seul moyen pour le calmer a été de le coller sur le pas de la porte pour qu’il prenne l’air. Ça a plutôt bien fonctionner car il a retrouver ses esprits et j’ai retrouver en 2minutes montre en mains mon petit garçon hoquetant et étant prêt à écouter se que j’avais à lui dire. Je lui ai demander pourquoi il s’était mis dans cet état pour manger alors que c’est quelque chose qu’il aime et que en plus il a faim. Je lui ai dit de ramasser son bazard et de venir à table, tout en recommençant à pleurer il a quand même exécuter ma consigne, mais en revenant a table il s’est remis en colère car du coup sa soeur a eu droit à son yaourt mais toujours pas lui. Et là j’ai craqué pour de bon, je l’ai remis dans sa chambre, expédié la fin de repas pour sa soeur qui a du coup payer un peu les pots cassés car elle s’est retrouvée avec une mère en pleure qui l’a mise à la sieste avec un livre en lui disant pardon. Puis j’ai ranger la table, pas question de manger, j’avais tellement mal, besoin d’évacuer que je n’avais plus faim et je suis partie m’isoler pour pleurer tout mon soûle évacuer ma détresse de ne pas savoir quoi faire pour enrayer cette colère, ma honte vis a vis de ma fille qui s’est retrouvée seule à table et coller au lit comme une malpropre, de fatigue car j’aurais encore plus de rangement à réaliser après.

Et puis, j’ai ressentie un vide, mon regard c’est posé sur cet espace,mon petit coin cocooning ou je prends plaisir à allumer ma bougie le soir une fois les enfants couchés, ou j’ai eu envie de tout virer et de lui dire va y c’est bon tu as gagner mais non ce n’est pas une solution. J’ai aussi le droit d’avoir un espace à moi ou je me sens bien dans mon quotidien de maman au foyer. Encore faut-il réussir à lui faire comprendre.

Et puis sa colère s’est apaisé, il est venue s’excuser, m’a demander s’il pouvait aller jouer, autorisation accepté. Puis il est venue me demander un câlin que je lui ai fait mais sans envie clairement je n’avais qu’une envie qu’il me laisse seule. J’ai honte de ressentir cela, honte de rejeter mon fils et cela m’a renvoyer à ma dépression du post-partum et je me suis même demander à quel point je l’aimais. Et je me suis remise à pleurer. Il est partie se coucher pour faire enfin sa sieste dont il avait besoin. Et moi je gamberge en me disant qu’une séance avec une psy me fera du bien pour me remettre d’aplomb.

Ce texte je l’ai écrit d’une traite pour évacuer ma tristesse et partager mon désarrois fasse à l’une des énormes colères que peut faire mon fils dans son terrible two, je voulais partager avec vous avec une note d’humour histoire de ne pas me remettre à pleurer et trouver un peu de réconfort je vous l’avoue car on se sent si seule face à ce torrent d’émotions qu’ils ne savent pas gérer et que nous avons peine à maîtriser. Je sais que cela va passer mais j’ai hâte si vous saviez de passer à l’après et retrouver un équilibre car clairement je n’ai plus goût à rien dans ces moments là. Un an et demi qu’on en bave et je n’en peux plus. Aller je me dis que cela ira mieux demain car demain est un jour nouveau.

Je vous embrasse et vous dit à très vite pour un article plus joyeux.

4 réactions au sujet de « Et aujourd’hui, j’ai craquée! »

  1. Merci de ce témoignage dans lequel nous serons nombreuses à se retrouver. Inutile d’aller voir un psy je pense, sauf si toi tu en ressens le besoin. Les caprices et les colères sont usantes psychologiquement, mais ça passe avec le temps !
    Courage 😉

    1. Merci de ton passage sur le blog 🙂
      Oui j’en ressens le besoin qu’on me dise que je ne suis pas un monstre d’avoir eu des pensées aussi dur. Nous en voyons une pour mon loulou car toujours pas propre et il ne veut pas clairement s’y mettre avec nous car chez mes parents il y a été et à fait à chaque fois et il est dans sa bulle. Donc les caprices en plus je n’en peux plus et je ne sais vraiment plus comment faire.

  2. Le mien commence à devenir assez insupportable et il a 19 mois. Je ne sais pas si c’est le terrible two ou une période passagère mais c’est dur de garder son calme.
    Je pense qu’il arrive à tout le monde de craquer, mais du moment que derrière il y a une remise en question ou que l’on cherche à savoir pourquoi on en est arrivé là c’est l’essentiel.
    Lui expliquer aussi pourquoi on a réagi de telle façon ! Tu n’as pas à avoir honte de tout ça tu sais et si tu sens que tu as besoin d’aller en parler à un psy car derrière la dépression post partum n’est pas si loin que ça, n’hésite pas.
    Je t’embrasse.

    1. Merci de ta sympathie ça me fait du bien. Le problème c’est qu’il y a non seulement ses colères et ses caprices mais également le fait qu’il ne veut pas devenir propre avec nous. Il revient de chez mes parents et il a fait a chaque fois au pot nous il se retient. Il a clairement dit a ma mère qu’il veut rester avec moi et sa sœur à la maison alors qu’il adore l’école. On explique, on s’excuse quand on craque, on se remets en question (j’englobe mon mari aussi car lui aussi ne c’est plus quoi faire). On voit une psy déjà dans ce sens a la pmi car en plus il s’enferme dans sa bulle et pour moi oui je pense que de parler à quelqu’un de neutre me fera du bien car je me suis clairement revus il y a 3 ans et demi avec ma dépression du post-partum et le psychiatre qui m’avait suivie m’a dit que cela pouvait revenir dans les moments ou on est le plus fragile et je me sens des fois si seule on ne se comprends pas toujours avec le papa qui lui travail, à des moment seul moi c’est très rare et il comprends pas trop. Merci encore pour ton retour je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *