Mon expérience de l’allaitement #2

Mon expérience de l’allaitement #2

 

Je reviens avec la seconde partie de l’article sur l’allaitement.

Pour MissPrincesse, j’ai eu l’envie de retenter l’allaitement en optant pour un allaitement mixte (mise au sein et biberon de lait artificiel).

Le problème étant que mon traitement pour l’asthme à changer peu de temps avant de tomber enceinte et l’ayant arrêter très tôt dans ma grossesse car mon médecin traitant me dit que ce n’est surement pas bon pour le bébé qu’il y a un risque que le médicament passe la barrière du placenta et décide de me l’arrêter le temps que mon gygy reprenne le relais au 2nd trimestre pour être sur. Soucis je fais crise sur crise pendant une semaine suite à l’arrêt qui m’emmèneront faire un tour aux urgences puis à une nuit d’hospitalisation en pneumologie, donc clairement je ne peux pas l’arrêter. Je vois gygy qui me dit qu’il va faire des recherches pour voir si l’allaitement est possible sur le long terme mais que dans le cas de la grossesse pas de soucis je peux le continuer.

Le jour de la naissance ( j’ai eu un accouchement au top) j’ai pu accueillir ma poupette avec une tétée de bienvenue dans de superbes conditions. Mais sachant que dans la maternité ou j’ai accouchée ils notent le choix de la maman quand à l’allaitement désirée qui était noté sur mixte, j’apprends entre temps que mon médicament n’étais pas compatible je demande des biberons que l’AP m’apporte sans jugement.Mais le lendemain, c’est une autre affaire, je vois débouler dans ma chambre un pittbull (c’est le mot qui me vient pour cette puéricultrice spécialisé dans l’allaitement) qui m’aboie dessus « Comment ça vous ne voulez plus faire un allaitement mixte? Mais madame c’est pour le bien de votre fille ».

Alors okay ma cocotte mais que je t’explique car non ce n’est pas un caprice comme tu le sous-entends :

  1. Quand ton médicament n’est pas compatible car passe dans le lait donc que ta poupette l’aura dans le sang si allaitement continue donc c’est NON!
  2.  Que sinon il faut l’arrêter mais que vu le résultat en novembre c’était clair que je retenter pas!

Et là, la nana te sors cette phrase « Il faut savoir faire des sacrifices pour le bien de son bébé madame » sur un ton sec et hautain!

T’as juste envie de lui balancer « DÉGAGE DE MA CHAMBRE C*** » mais que tu lui réponds gentillement mais fermement que tant que je n’ai pas vu le gynéco (car c’est à ma demande que la sage-femme a appeler gygy qui faisait ses consultations au rez-de-chaussé pour savoir si oui ou non je n’intoxiquerais pas mon bébé, aucun soignant malgré que les médicaments soit noté dans le dossier ne sait poser de questions). Elle me regarde avec mépris et me lance « Très bien » d’un ton glacial et rajoute que de toute façon si bébé ne tête pas j’aurais gâché mon allaitement car pas de tétée pas de montée de lait. Je lui ai dit que j’ai la chance d’avoir des montées de lait depuis mon 6ème mois de grossesse au point ou je voulais en donner au lactarium et ça ne lui a pas plu.

J’ai eu un appel du gygy qui m’a dit vous pouvez tenter de donner un peu de lait mais compléter avec un biberon pour la suite de la tétée. Du coup ma fille a pris le sein le temps de faire ses nuits. Cela aura duré 15 jours mais ou j’ai profiter à chaque instant et ça c’est très bien passé pour toutes les deux. Je suis heureuse que ça se soit terminée sans regret car mon pso est revenue en poussées spectaculaire alors qu’il avait pratiquement disparue peu de temps après.

Je dirais en conclusion, que pour un allaitement réussit, il faut y avoir réfléchit un minimum durant sa grossesse, sachant que nous pouvons tout à fait changer d’avis une fois bébé dans les bras. Pour ne pas stresser, ne pas hésiter à prendre rendez-vous avec une conseillère en lactation. Chose que j’ai fait avant d’accoucher de ma poupette.Elle est là pour vous guider, répondre à vos questions. Vous pouvez la demander durant votre séjour à la maternité au besoin.
Savoir aussi que même si bébé à gouter au joie du biberon mais que vous décidez de changer d’avis et de tenter l’expérience de l’allaitement, c’est tout à fait possible dans les jours qui suivent la naissance. Pour ma part j’ai eu du lait très tôt dès mon 5ème mois de grossesse et ça c’est lancé au 6ème mois, vu les quantités que je tirais je voulais offrir ce lait au lactarium chose que je n’ai pu faire car on ne nous informe pas à la maternité (en tout cas là ou j’ai accouchée) de ce choix. Les lactarium fournissent les néonat. j’ai été informer correctement une fois ma fille dans les bras par une connaissance à qui j’ai parler du fait de la désinformation.Cela me fait rebondir sur le sujet du don de cordon ombilical, dans ma maternité ils ne le proposent pas et c’est bien dommage. Ça me mets même en colère quand on sait que le sang du cordon permet d’aider les enfants atteints de leucémie. J’en ai pleurer de colère quand j’ai parler du sujet à mon gynéco dès mon 4ème mois et qu’il m’a dit qu’ ils n’ont pas les moyens de faire le don.A savoir donc que comme pour le don de lait au lactarium, le don de cordon ombilical existe, ne pas hésiter à en parler avec votre gynéco très rapidement au début de la grossesse car il y aura des prises de sang à faire avant le jour de la naissance.

Voila mon expérience concernant l’allaitement de mes loulous, j’espère que j’aurais pu vous éclairez un temps soit peu de par mes petites expériences.

 

Et vous, quel allaitement avez-vous mis en place?

2 réactions au sujet de « Mon expérience de l’allaitement #2 »

    1. Je m’attendais pas à plus d’aide que pour mon fils donc je m’attendais pas a des miracles vu que j’ai accouché au même endroit. C’est surtout que tout est écrit dans le dossier il te soule avec ça quand tu rentre et elle ne l’a même pas regarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *