La fin de mon congé parental

Toute bonne chose à une fin et après 2 ans passé auprès de mes enfants, place au retour à l’emploi.

La fin du congé parental, c’est pour dans deux mois. Oui vous allez me dire tu as encore le temps d’y penser, oui et non, aller je te donne mon point de vue et ma To do List de ce mois d’Août.

Source Pixabay

1. Qui dit un enfant sur deux scolarisés dit recherche d’une assistante maternelle.

Vivant dans une grande ville, nous espérons trouver rapidement la perle rare qui saura être à l’écoute de notre MissPrincesse, pour qui après avoir passé 2 ans collé à sa mère, se sentira peux-être un peu perdue par tout ce changement. Et puis, il faut bien l’avouer, concilier le fait d’avoir des horaires qui peuvent être en décalé, pour rappel je suis aide-soignante de métier, si je retrouve un poste en 7h30 (se que je ne souhaite pas, pas envie d’avoir l’impression d’être plus au boulot qu’à la maison) ou en 12h (mon choix numéro un, tu as de longues journées mais quand tu es de repos, tu as une vrai coupure avec une semaine comportant deux jours de repos consécutif et l’autre semaine 3 jours ça n’a pas de prix quand tu as des enfants) donc pour la première option trouver une nounou qui accepte d’avoir un enfant que la demi-journée ou pour la seconde option une semaine avoir l’enfant 2 jours et la semaine d’après 3 jours (les week-end seront gérer par Papa) et donc avoir une semaine incomplète sur deux, et bien ça se trouve mais c’est pas easy. Ajouter à cela le choix du secteur (proche maison/ école de Loulou) et le feeling entre parents/enfant/nounou et là tu as le trio gagnant!

Aller ne partons pas du côté négatif de la force et restons positif dans nos recherches, Je viendrais vous en reparlez!

2. Recherche d’emploi

En Aout, tous les cadres sont en vacances, donc mes recherches d’emplois ce feront sur toute la période de Septembre, du coup je vais profiter de l’absence de mes loulous qui partent pour 3 semaines en vacances chez papy/ mamie pour refaire mon combo CV/Lettre de motivation en toute tranquillité. Mon poignet à déjà mal de devoir écrire autant.

Le point positif, c’est que dans ma région il recherche énormément d’AS, donc du travail j’en trouverais sans soucis.

Le point négatif, notre métier n’est pas des plus facile et donc entre mauvaise ambiance, travail à la chaine, je vais avoir à faire un gros travail de tri et de recherche d’informations pour trouver un poste qui me correspond au mieux.

3. Se remettre en condition

Je l’avoue je suis de nature stressée et donc le stress me tenaille quand à me remettre à niveau sur les mots techniques donc révisions (bon ça va finalement je n’ai pas tant perdu que ça), se remusclé un max le dos car un dos on n’en a qu’un et l’utilisant beaucoup entre mise au fauteuil, installation au lit, aide au lever… et ayant des soucis de dos, je me préserve au max. Et puis mine de rien je ne suis plus en poste depuis novembre 2015, changement de région depuis l’an dernier ou je ne connais personne (la technique de se rapprocher des parents d’élèves à la sortie de l’école par chez moi a été un gros FAIL) et je connais encore mal la région… Un stress en plus que je dompte jour après jour.

source pixabay

4. Nouvelle organisation familiale

Quand j’ai repris le travail après Loulou, il avait 5 mois, je n’avais pas pris de congé parental et je n’avais qu’un enfant à gérer. Je le déposé chez nounou le matin et MrDoudou le récupéré le soir. Là il va falloir qu’on regarde suivant à quelle heure je commencerais qui accompagnera les enfants à l’école/ chez nounou et ira les récupérer. Autant durant cette première année scolaire en petite section, Loulou n’avait école que le matin donc Papa le déposé et je le récupérais à midi à l’école, cette année moyenne section, donc école toute la journée, Loulou va découvrir le combo cantine/ périscolaire le soir et le mercredi école le matin puis combo cantine/ Centre aéré et péri. Sans oublier les rdv au CMP. L’année va être chargé pour notre petit écolier.

Septembre sera donc notre galon d’essai et de réajustement niveau école pour qu’il soit bien dans ses baskets quand je reprendrais le chemin du travail en octobre. Nous avons fait le choix de le mettre à la cantine dès Septembre, pour l’habituer à son nouveau rythme tout en ayant Maman encore de dispo à la maison en cas de soucis, mais aussi pour que je n’ai qu’un enfant à m’occuper et avoir le temps de pouvoir faire des entretiens sans stress et la dernière semaine de Septembre il découvrira le centre aéré le mercredi après-midi. Le matin Papa continuera à déposer Loulou à l’école durant ce mois de Septembre et je n’aurais qu’à appeler une baby-sitter pour les jours d’entretiens en mettant donc un max de rendez-vous le matin sans avoir le stress de récupérer Loulou à 11h55 et le redéposer pour 13h55 à l’école et pouvoir gérer la sieste de MissPrincesse l’après-midi.

Tu l’aura compris, en Août je ne vais pas m’ennuyer même sans enfants à la maison. Sans compter que nous profiterons de l’absence de Loulou pour refaire la peinture de sa chambre.

Les deux semaines avant les vacances de MrDoudou vont être bien remplie.

Sur le chemin de la propreté partie 1

Je vous ai un peu parler lors de l’article L’école est finie que Loulou n’a été à l’école qu’à partir de Janvier du fait qu’il n’était pas prêt niveau propreté en septembre et qu’il n’arrivait pas à se retenir et ne demandé pas à aller aux wc, la maîtresse nous a demandé de le reprendre à la maison en attendant qu’il soit enfin décidé, le soucis ayant été que Loulou à pris cela pour une punition d’être privé d’école car il adore cela et il a pas compris le rapport avec le fait de ne plus porter de couches car pour lui cela n’empêche pas d’être avec les copains et d’apprendre de nouvelles choses.

Le plus gros du soucis ayant été qu’il a été stressé et complétement perdu durant les vacances d’été et que si nous avions su se que cela provoquerait nous nous serions pris autrement. Je vous raconte.

Source pixabay

Nous avons commencer à parler propreté  quand loulou à eu 2 ans : achat du pot, livres sur le sujet et couches culottes. nous y avons été étape par étape sans le brusquer car il pleurait ne voulant pas y aller jusqu’à ses 2 ans et demi. Nous avons arrêter puis repris plus tard ne le voyant pas prêt. D’abord des arrêts de 2 semaines, puis 1 mois car j’étais décourager et me sentant un peu perdu, j’en ai parler à mon médecin traitant me disant que les garçons ont souvent besoin de plus de temps pour acquérir la propreté il me dit de continuer ainsi et qu’on ne parlera de soucis médical que si à 5 ans il n’est toujours pas propre. J’ai été rassurer de ses paroles et nous avons donc continuer avec des hauts et beaucoup de bas. Arrive son 3ème anniversaire (Pour rappel Loulou est du mois de Mai) arrive les réflexions de l’entourage comme quoi je dois le forcer, même s’il hurle, qu’il n’a pas le choix, jusqu’au chantage (= tu fais pipi, tu sera récompensé). Cette période fût très difficile entre nous parent étant dépasser par les événements, le stress des réflexions et de la rentrée qui approche. Nous avons décider de le laisser souffler un peu jusqu’au début des vacances d’été ne voyant pas de progrès et au contraire de la régression et d’énormes colères. Ajouter à cela la préparation d’un déménagement à 300Km en Aout et la rentrée en Septembre cela faisait beaucoup pour un petit bonhomme.

Il est partie en vacances avec mes parents et là la situation se débloque, il fait dans le pot pratiquement à chaque fois, nous sommes heureux de cette issue. Mais de retour à la maison monsieur ne fait plus dans mais à côté, ne demande pas et nous fait des colères énormes surtout vis a vis de moi et demande sans cesse la couche. Un énorme échec pour nous, moi me demandant se que je fais de travers par rapport à mes parents. Puis la situation se débloque à force de douceur et de patience on le mets très très souvent sur le pot et là il va dormir avec sa sœur dans la famille le temps pour nous de faire l’état des lieux et récupérer les clés de notre appartement, qui m’a bien dit oui je le mettrais au pot donc je n’ai pas mis beaucoup de couches juste de quoi tenir la nuit et des accidents, une fois la porte claquée à été acheter un paquet de couches! Quand nous récupérons les enfants et qu’elle me dit qu’elle ne l’a pas mis au pot qu’elle n’avait pas le temps, j’ai vu rouge, j’ai ronger mon frein au maximum car je me doutais que le pauvre loulou serait de nouveau perdu et éviter un conflit familial avec le recul je me dis que nous aurions du réagir mais on était tellement sidérer que nous n’avons réagis que après. Et bingo nous emménageons dans notre nouvel appartement et là de nouveaux des colères monstres à s’en faire mal, taper dans les murs, se cogner la tête, il nous réponds, ne comprenant pas pourquoi on veut qu’il aille sur se satané pot ayant eu le droit de faire comme il voulait dans sa couche durant quelques jours… J’en veux à notre famille de nous avoir mis des bâtons dans les roues car nous sommes sur avec mon mari que si les efforts auraient été continués nous aurions eu moins de soucis avec des accidents mais un début de propreté plus serein pour une rentrée au top, ajouter à cela la maîtresse qui nous a bien dit qu’elle laissait le temps aux enfants qui ne sont pas prêt de prendre leur marque pour la propreté qui au final n’aura pas laisser le temps à loulou de prendre ses repères (les petites sections n’ayant école que le matin, il n’aura été en tout et pour tout que le mardi jour de la rentrée, le mercredi  avec un seul accident et ayant eu une crise de jalousie de savoir sa sœur à la maison avec moi et ayant vu un petit camarade se faire dessus car il voulait retourner à la maison avec sa maman, loulou nous a fait la même le jeudi j’ai donc été appeler pour le récupérer à 9h pour cause de pipi jusqu’aux chaussures et le vendredi il n’y a pas été car elle a refuser de le prendre alors que nous lui avons expliquer que se n’est pas bien de faire ça et que il ira a l’école malgré tout, elle me dit que non elle ne le prends pas le lendemain. Cela a été contre productif, car le dit enfant m’a dit tout content, tu as vu maman je reste à la maison avec maman et MissPrincesse. Douche froide!)

De là nous en sortons plus nous avons décider de prendre rendez vous avec une psychologue qui l’a aider à ne plus se faire de mal et qu’il faut parler même s’il n’a pas tout les mots quand il est en colère. Il est devenue propre le 25 décembre après quelques jours ou il me demandait sans cesse quand il pourra retourner à l’école et lui avoir réexpliquer que uniquement quand il sera propre, il a eu son déclic et depuis il est devenue propre jour et nuit en l’espace de quelques jours.

Si j’ai bien appris de cette première expérience de la propreté avec mon ainé c’est que je ne ferais pas l’erreur deux fois et que pour MissPrincesse nous nous y prendrons différemment et que je ne me laisserais plus dicter ma conduite et surtout dans un état de stress constant et contre productif comme pour loulou. Dans tout les cas si poupette ne devait devenir propre que les vacances avant la rentrée, elle restera avec nous pour être emmener en douceur sur le chemin de la propreté et aller à l’école rejoindre son grand frère sereinement et maintenant je rentre dans le tas car hors de question de subir des réflexions encore une fois. Ma fille sera propre quand elle sera prête comme nous aurions du faire pour son frère qui le pauvre a payer les pots cassés et je m’en veux terriblement.

Miss Princesse commence a nous dire se qu’elle a fait dans la couche quand on lui pose la question, nous lisons des livres sur le sujet et nous lui proposons le pot comme nous le faisions pour son frère pour qu’elle le découvre en douceur et quand elle ne veut pas elle s’est très bien nous le dire et nous n’insistons pas. Cela viendra d’elle même, faisons confiance à nos enfants même si cela doit prendre un peu de temps!

Et vous la propreté chez vous ça se passe comment?

Et puis finalement…

Je vous écrivais il y a quelques mois dans cet article que je me sentais bien avec deux enfants et que je ne me voyais pas trop avec un petit dernier sans toutefois fermer complètement la porte à dame nature quand à la possibilité d’avoir un 3ème. Dans celui-ci je vous faisais par des remarques sur le fait d’avoir eu le choix du roi pour mes enfants et ma légitimité de vouloir un autre bébé alors que nous avions eu le bonheur d’avoir les deux sexes ainsi que mon coup de gueule sur le sujet.

Seulement voila après des moments de doute et cette petite interrogation qui rester toujours en suspend au fond de ma tête « ai-je encore envie de porter la vie? » mon envie à changer ou du moins c’est conforté, ce projet de bébé je veux le concrétiser.

Du coup je me suis lancé et en est parler à MrDoudou savoir si lui était toujours dans l’interrogation ou avait décidé que finalement nous étions très bien avec nos 2 petits doudous et qu’il avait tourné la page. Finalement il m’a dit bien clairement que oui lui aussi veut bébé 3 ! Je vous avoue que sur le coup je n’y croyais pas lui qui ne se sentais pas près ni serein à devenir papa cette fois ma joie fût grande de savoir que nous avions la même envie au même moment. Mais n’étant pas sereine et ne voulant pas une déception je lui ai poser et reposer la question durant 3 jours pour être sûr de son choix. Non il n’a pas changer d’avis.

Alors dame nature si tu passe par là stp ne nous laisse pas trop longtemps avec ce beau projet dans notre tête et dans notre cœur. Quand à toi bébé 3 nous avons hâte de te savoir et te deviner jouant à cache-cache dans mon bidon.

Le début du terrible two

Depuis quelques jours notre petite fille si tranquille et serviable devient un bébé qui teste et cherche les limites aussi bien avec maman que papa et avec grand frère également.

Hier fût la journée à bêtises pour la demoiselle dont une qui aurait pu finir en drame (j’en frémis encore rien que de l’écrire).

Crédit photo Pixabay

Nous avons l’habitude quand il fait beau d’aller chercher Loulou sans poussette et donc à pied et en emmenant en promenade son poupon et sa poussette canne. Au bout de 5 minutes je vois dans le regard de la demoiselle qu’elle va essayer de me tester et cela n’attends pas. Elle balance sa poussette et se mets à hurler. Bon jusque là rien de bien méchant, je lui dit non fermement la plante là et commence a avancer de quelques pas avec la poussette et le poupon confisquer. Finalement elle arrêtera ses cris rapidement et voudra reprendre le tout et avancer.

Nous sommes dans la rue principal et il nous reste une centaine de mètre à parcourir pour arriver à l’école quand tout a coup je vois MissPrincesse pousser sa poussette et bifurquer du trottoir en direction de la route en rigolant. Le temps que je comprenne se qu’elle allait faire, la demoiselle était en plein milieu de la voie tellement s’est une rapide. Je me revois courir derrière elle, voir une voiture arrivée au loin l’attraper rapidement par le bras et l’a déposé aussi sec sur le trottoir ou elle se mettra à hurler de peur et de frustration là ou dans un premier temps je pensais qu’elle avait mal ayant entendu un craquement au niveau du poignet. Mais non heureusement tout va bien. Nous sommes quitte pour une immense frayeur. L’automobiliste qui arrivait me voyant choquer s’est même arrêter pour me demander si ça aller car j’étais livide et j’ai tellement eu peur pour sa vie et après coup de lui avoir cassé le poignet. Je l’ai remercié et rassurer que tout aller bien, la demoiselle s’est fait gronder bien fort et elle a finit le chemin dans mes bras car elle se laissera tomber de tout son poids sur le sol pour ne plus avancer étant vexée.

Arrivée à l’école, nous récupérons Loulou dans sa classe et sortie de l’école je lui demande de prendre la poussette de sa sœur pour que je puisse la porter et là Madame le tape une première fois je la gronde et le voyant récupérer sa poussette se mets à hurler et le taper de plus belle avec son poupon cette fois. Ni une ni deux j’ai attraper l’impertinente petite fille sous le bras on est rentrer aussi vite que possible à la maison. J’étais lessivée. Je finirais par m’isoler quelques minutes dans un coin pour souffler et évacuer ma peur de se qui aurait pu arriver…

Et l’après-midi fût rythmé par des colères, des cris, ne rien vouloir ranger, se déshabiller et pendant les courses assise dans le caddie à se pencher tellement en arrière qu’elle a faillit se retrouver au fond du caddie.

Pfiou journée sport. Son frère était dans les pleurs et les cris pendant cette période, elle nous rajoute les coups et les bêtises en tout genre.

Et vous le terrible two ça se passe comment chez vous?

Le choix du Roi

Nous avons la chance, d’après certains, d’avoir eu le choix du roi quand au sexe de nos enfants car nous avons les deux : Fille et garçon.

*Crédit Photo Pixabay
En quoi nous sommes plus chanceux que ceux ayant eu 2 garçons ou 2 filles ?

Ayant eu des difficultés à avoir notre premier, j’estime que nous avons été chanceux d’avoir eu deux enfants naturellement quand je vois que certains couples doivent passer par la PMA  pour espérer en avoir un dans leurs bras.

J’estime que nous avons été chanceux que nos enfants soient nés tous deux en bonne santé.

*Crédit Photo Pixabay

Mais non, je regrette, je n’arrive pas à comprendre en quoi nous sommes chanceux d’avoir les deux sexe.

Tout se que nous voulions été d’avoir un enfant. Dame Nature a décider de nous en accorder deux et je la remercierais jamais assez pour ce très jolie cadeau qu’elle m’a fait de n’avoir pas eu besoin finalement d’un coup de pousse médical pour les avoir car c’était la prochaine étape qui s’offrait à nous après toutes ses années de galère, de stress, de pleure et de découragement.

J’aurais été tout autant heureuse, tout comme mon mari, si notre poupette avait été finalement un garçon, un petit frère plutôt qu’une petite sœur pour notre grand.

Pourquoi je vous raconte tout ça?

Car j’avais besoin de poser des mots sur ma colère concernant le fait d’avoir d’une certaine façon droit ou non d’après certains (surtout venant de ma famille) d’avoir un 3ème enfant car nous avons eu le choix du roi !

J’ai pris en pleine face lors d’échange :  » Tu as le garçon et la fille, je ne vois pas pourquoi vous avez encore cette envie d’enfant » ou encore « Moi j’ai eu que des garçons donc je te jalouse d’avoir eu les deux. J’ai donc moi, le droit d’avoir envie de faire un 3ème pour espérer avoir la fille que je désire mais que moi je n’ai pas! »

Nous sommes avec mon mari dans ce flou qui entoure notre désir de compléter notre famille avec un petit 3ème. Nous avons envie et en même temps pas envie de concevoir un nouveau bébé. Pour ma part les propos rapporté plus haut, me revienne en mémoire quand j’essaie de deviner les traits que pourrait avoir ce bébé futur s’il devait venir se nicher au creux de mon ventre et par moment me bloque psychologiquement et me font des échos douloureux dans tout mon être, car durant ces moments je ne me sens pas légitime d’en désirer un autre. C’est bête j’en conviens.

Malgré cela, j’avais juste envie de dire à ces personnes si elles devaient passer par là que on ne leur demandera pas leur avis si un jour on décide de se relancer pour une nouvelle aventure bébé.

*Crédit Photo Pixabay

J’ai eu la chance de porter deux merveilleux enfants : un de sexe masculin, l’autre de sexe féminin ce sont deux enfants totalement différent non par leur sexe mais par leur caractère, leur façon d’évoluer et que pour moi se qui compte est de leur inculquer nos valeurs, nous les élevons de la même façon, dans le respect mutuel propre à chacun. Mon fils joue à la poupée, ma fille joue aux voitures. J’aurais eu deux garçons on les laisserais jouer avec des jouets de fille et si j’avais eu deux filles, on les laisserais jouer avec des petites voitures.

J’aime mes enfants et je sais que au fond de moi une petite part de moi me dit que notre famille n’est pas tout à fait complète. Nous laissons une porte ouverte à dame nature pour un petit dernier et si elle décidait que non finalement on resterais à deux et bien ça ne serait pas une fin en soi car j’ai mes enfants mais également mes poussières d’étoiles que je n’oublie pas et ma vie est belle ainsi tout de même.